mes photographies vues par

Bruno Doucey :

Il arpente les rues avec le velours et l’acuité du chat. Il guette la présence des autres, saisit des instants de vie, capte la lumière, s’empare du mouvement.

Son nom ? Philippe Barnoud. Son métier ? Ni détective ni journaliste, ou les deux à la fois, Philippe Barnoud est photographe. La série qu’il présente me fait spontanément songer à deux photographes inoubliables. Comme le Leica de Cartier-Bresson, le regard de Philippe Barnoud enregistre, à la sauvette, le geste éphémère, l’expression unique, le sourire évanescent ; mais quelque chose en lui rappelle le Semflex de Brassaï dont la visée verticale disciplinait le regard.

Pourquoi ? Parce que l’artiste travaille l’image en studio, comme on écrit un livre, avec un souci permanent du cadrage, de la composition, des effets de lumière, des contrastes, de l’intensité plastique. Ses photographies en noir et blanc, font moins de lui un chasseur d’images qu’un dompteur d’émotions contenues. Philippe Barnoud ne mitraille pas son sujet, mais l’apprivoise, sans heurts, avec la patience tranquille d’un être qui accueille l’imprévu sans jamais oublier ce qu’il est venu chercher.

Jack Lang :

Monsieur,

 

J'ai eu grand plaisir à recevoir vos photographies réalisées lors de notre journée de solidarité avec le peuple syrien, le 24 février dernier. Cette manifestation fut un succès et je vous remercie chaleureusement d'y avoir contribué.

 

Soyez assuré que vos clichés seront transmis aux services compétents pour exploitation sur notre site internet ou tout autre support de communication de l'Institut du monde arabe.

 

Je vous prie, Monsieur, de croire à l'expression de mes sincères remerciements.

Tahereh Barei :

Who are these men and women looking at us with such defiant pride, dignity and resolution ? Proud of them himself, the photographer shares his experience of the innate goodness of mankind with us. He does it with such joy that can't be interpreted as anything less than a victory.

There, each photo becomes a flag that the artist brandishes to present us with the fact that the genuine nature of man will win. The camera is transformed into a clock that shows only one time: the hour of bliss! The hour of nobility!

The photographer, Philippe Barnoud, though not a pilgrim, prowls the roads steadfastly with his camera so as to be present where ever life emerges transcendent in its elegance.

His finger presses the bottom of his magic box and orders the tender, quiet beauty and the innocence to manifest itself and to prevail.(writers, poets photo exhibition, 2010)

His optimistic vision about the human struggle towards dignity puts Philippe Barnoud among those photographers who are deeply responsible for their artistic creation.

He treats his subjects with such tenderness and deep concern that his photos present the very essence of a secure universe.

His eye waits patiently until the evanescent and ephemeral draw back, to capture the everlasting and let it grow and extend itself.

(about Continental's workers photographs, vent d'Amérique)

info@monsite.fr       

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
  • Black Instagram Icon

© 2018 par Philippe Barnoud. Créé avec Wix.com